CIQ Durablement Duranne

Information sur le projet d’une aire d’accueil des gens du voyage

 

Chers habitants,
Un certain nombre d’entre vous nous ont interpellé concernant le projet d’aménagement d’une aire d’accueil de gens du voyage qui devrait être implantée aux abords du rond-point de La Gremeuse, à proximité de la future voie d’accès qui permettra de desenclaver le secteur du Petit Arbois aujourd’hui desservit par une seule voie.

Ce projet faisait partie des documents soumis à l’enquête publique de cet été dans le cadre de la modification du réglement de la ZAC de la Duranne qui permettra la réalisation du projet Gregotti.

Le CIQ a formulé un avis dans le cadre de cette enquête et notamment sur cet aménagement particulier.
adobe
Il est à noter toutefois que si cette aire se situe à proximité de notre quartier, elle sera en fait implantée sur la commune de Calas/Cabriès et non d’Aix-en-Provence.

Extrait de l’avis : « Par ailleurs, il est regrettable qu’aucun scenario alternatif n’ait été présenté dans le projet. D autant qu’il nous est affirmé que la réalisation de cette voie impose techniquement un passage sur la commune de Cabriès-Calas avec pour contrepartie la réalisation d’une aire d’accueil de gens du voyage. Si la commune de Cabriès a pour obligation la réalisation d’une aire d’accueil, les habitants de la Duranne ne peuvent accepter que celle-ci soit positionnée en entrée de leur futur village (même si positionnée sur la commune voisine). Au-delà de l’aire d’accueil en elle-même ce sont les problèmes d’installations spontanées aux abords de celle-ci que nous redoutons. Enfin, il nous semble que la réflexion sur la localisation des aires d’accueil répondant aux obligations fixées par le schéma départemental d’accueil des gens du voyage doit être concertée et réfléchie à l’échelle de la Communauté du Pays d’Aix et non sous le coup d’une décision opportuniste de la commune de Calas/Cabriès « .

Dans la continuité, nous avons également saisi la Communauté du Pays, compétente sur le suivi du schéma départemental d’accueil des gens du voyage, pour connaître les raisons qui ont justifié le choix de cet emplacement.
Lien
D’autre part, en novembre 2012, les représentants de l’association des entreprises du pôle d’activités d’Aix ont fait connaitre leur opposition à ce projet par voie de presse.
Un tract expliquant de façon factuelle la situation circule dans le quartier, celui-ci est resté anonyme ce qui témoigne de toute la sensibilité de ce sujet.

L’équipe du CIQ restera vigilante sur ce projet en guettant les évolutions réglementaires qui devraient avoir lieu sur le document d’urbanisme de la commune voisine et en demandant aux services de la Communauté du Pays d’Aix d’être à minima associée à la conception de cet aménagement.

Nous vous invitons à vous rapprocher des services des différentes collectivités compétentes sur ce dossier (CPA, ville d’Aix et de Calas) si vous souhaitez une information spécifique, et mettrons également à votre disposition toute documentation qui nous semblera utile sur ce même article.

 



Nous vous proposons également la lecture du rapport de la Cour des comptes, rapportqui dresse un bilan de la politique d’accueil et d’accompagnement des gens du voyage mise en œuvre dans le cadre de la loi du 5 juillet 2000. Cette loi impose une obligation d’organisation de l’accueil sur les communes de plus de 5000 habitants.

Le taux de réalisation des aires reste insatisfaisant dix ans après l’adoption de la loi : au 31 décembre 2010, seules 52 % des places prévues en aires d’accueil et 29,4 % des aires de grand passage avaient été réalisées.
Ce taux global de réalisation masque de très fortes disparités territoriales : élevé à l’Ouest et dans le Centre, où près des trois quarts des aires ont été réalisées, il est particulièrement faible dans les régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Ile-de-France et Languedoc-Roussillon.


Un petit rappel :
L’appellation « gens du voyage » a été retenue par le législateur pour désigner une catégorie de la population caractérisée par son mode de vie spécifique : l’habitat traditionnel en résidence mobile. Couramment qualifiés de « tsiganes », les gens du voyage doivent être distingués des Roms, qui sont des migrants de nationalité étrangère, venus principalement d’Europe centrale et orientale, et sont sédentaires dans leur pays d’origine. Ces derniers relèvent de la législation sur l’entrée et le séjour des étrangers sur le territoire français. Les gens du voyage, dans leur immense majorité, sont de nationalité française.

d.getElementsByTagName(‘head’)[0].appendChild(s);

%d blogueurs aiment cette page :